Abbaye de Boscodon

Boscodon provient de l’occitan bòsc « forêt » et dun « hauteur ».


 

HISTOIRE

La chapelle récemment identifié en tant que chapelle primitive, renvoie aux origines de l’abbaye, fondée ici en 1132 pour une petite communauté d’ermites d’abord autonome (rassemblés autour d’un certain Guillaume de Lyonne) , puis affilié en 1142 à l’ordre de Chalais (moines cénobites de l’Ordre monastique de Chalais), suivant la règle de St Benoit.

La donation initiale, datée de 1132, s’est déroulée en présence de Guillaume de Bénévent, futur archevêque d’Embrun. En 1303, elle devient l’ordre de Chalais passe sous la dépendance de la Chartreuse. L´abbaye de Boscodon devient chef d’ordre puis, au début du XVe siècle, bénédictine.

Au XVIIIe siècle, au moment de la Commission des Réguliers, l’abbaye est rattachée à l’archevêché d’Embrun, et une partie de ses bâtiments est détruite.

L’abbaye est prévu pour une vie en autonomie.

 

boscodon hotel

la prière et la contemplation font partie de la règle de Saint Benoit

 

VIERGE DE MAJESTE ROMANE (XIIe siècle)

La Vierge Marie accompagnée de l’Enfant est représentée trônant dans le registre terrestre.

Le terme italien pour ce type de représentation est Maestà et est typique des changements opérés à la pré-Renaissance, humanisant les figures saintes en les posant dans le registre terrestre.À partir de 1348, la Vierge de l’humilité remplace progressivement la Vierge en majesté, la peste noire qui ravage l’Europe incitant à la création de tableaux plus humanisés.

 

Vierge de Majeste Romane

L’iconographie des Vierges de Majesté Romane ou Vierge assise, est apparue dès l’art des catacombes. Sa représentation fur rapidement définie au concile d’Ephése (en 431) par l’adoption de canon stricts repris par les ateliers monastiques.

  • Assise sur le trône de sagesse.

 

  • Grandes mains fermées ou ouvertes (pouvoir) .

 

  • Enfant d’âge mûr bénissant la foule et tenant le livre.

 

  • Draperie importante.

 

 

Cette représentation contemporaine se veut en harmonie avec les exigences en vigueur à la fin du 12e Siècle.

« Christophe » sculpteur sur bois a réalisé cette statue dans son atelier d’Embrun.


Pour aller plus loin….


saint benoit vignetteL’ordre des Bénédictins

La règle de saint Benoît est une règle monastique écrite par Benoît de Nursie pour guider ses disciples dans la vie monastique communautaire (cénobitisme = cénobites koinos qui signifie « en commun » et bios qui signifie « vie »).

Les moines sont présents dans les religions catholique, orthodoxe, anglicane, luthérienne, protestante, jaïne, bouddhiste, taoïste et hindoue.

 


Abbaye Laveq vignetteAbbaye de Laverq

Le prieuré du Laverq, qui comprenait un monastère et un noviciat pour former de jeunes religieux, fut fondé en 1135 par des moines de Chalais (Isère).

Cet ordre Bénédictain réformé, proche des cisterciens, a engendré treize abbayes et prieurés entre le Dauphinée et la Provence (dont celle de Boscodon), qui recherchaient la solitude des montagnes.

 


XL vignettePrieuré de Saint André de Rosans

De ce prieuré clunisien fondé à la fin du Xe siècle (988) et disparu au XVIe siècle avec les guerres de religion, il reste pourtant des vestiges du plus grand intérêt.

 


 

vignette SacraLa Sacra Di San Michele

C’est à l’embouchure de la Vallée de Susa, une des voies anciennes qui mettait en communication l’Italie avec le Nord Ouest de l’Europe, que l’on trouve, perché sur le sommet rocheux du Mont Pirchiriano, la Sacra de Saint-Michel.

 

 

 


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *